Un nouveau modèle pour les études supérieures ?

Est-ce la fin du cycle classique des études supérieures en 5 ans, sur un campus et à plein temps ? C’est ce que prédit Michelle Weise, spécialiste de l'innovation et professeur associée au Clayton Christensen Institute. Elle annonce des bouleversements majeurs dans l'enseignement, provoqués notamment par l'avènement du numérique.

Le cursus universitaire actuel : un modèle dépassé ?

De récentes études exposent un problème majeur de la formation des études supérieures : elles mettent en avant le fossé qui sépare le monde du travail et les enseignements prodigués dans les universités.
En effet d'après des sondages Gallup récents, 96% des responsables académiques estiment qu'ils préparent correctement les étudiants à trouver un emploi mais seuls 11% des chefs d'entreprises considèrent que les universités transmettent des compétences adaptées pour s'insérer dans le monde professionnel.
Ces compétences sont multiples : qualités relationnelles et comportementales, sens critique, capacité de travailler en équipe et de communiquer... Selon les employeurs, ces concepts sont rarement acquis. Et les enseignants, ayant souvent peu (ou pas !) d’expérience en entreprise, ont des difficultés à faire la transition.

D’autre part, les études supérieures ont un coût considérable. De plus en plus de jeunes sont à la recherche d'un enseignement flexible, moins cher et, surtout, permettant d'obtenir directement un emploi. En 1989, l'université de Phoenix a été la première institution à lancer des cursus entièrement en ligne. S’ils n’égalent pas ceux des plus prestigieuses universités, ces diplômes de qualité répondent tout à fait à cette nouvelle demande.
Aujourd’hui, ils se multiplient et deviennent de plus en plus attractifs, tant par leur prix avantageux que par leur contenu. Ils offrent du contenu très ciblé et des formats courts orientés vers des compétences professionnelles directement applicables dans le monde du travail.

Des changements majeurs sont à prévoir dans l’avenir

D’après Michelle Weise, les études vont prendre des formes de plus en plus diverses. Seule une minorité d’élèves continuera des études classiques, en résidence universitaire et à temps plein pendant 4 à 5 ans.

Pour elle, les étudiants de demain seront des jeunes qui travailleront à côté de leurs études et qui auront besoin d'actualiser leurs compétences pour s'adapter aux nouveaux métiers qui apparaissent et évoluent chaque jour.
Chaque étudiant se constituera son propre cursus sur-mesure. Il combinera expériences professionnelles, stages, expériences à l'étranger, certificats, micro-diplômes obtenus dans des universités, sur Internet ou dans des institutions spécialisées... Tout le monde pourra se fixer des objectifs à partir de ses acquis et de son historique. Et cela évoluera tout au long de la vie !

Selon Michelle Weise, l’enseignement en ligne (et pas forcément les MOOCs qui pour elle ne disposent pas d’un modèle économique viable) va perdurer, notamment via les modèles du type « flipped classroom ». C’est un concept de classes inversée, une approche pédagogique qui inverse la nature des activités d'apprentissage en classe et à la maison : la classe est un espace de discussion et de travaux de groupe, tandis que l'apprentissage se fait en ligne, à son rythme (à la maison ou ailleurs).

À l’étranger, les universités de demain commencent déjà à fleurir

De nouvelles actions sont mises en place pour répondre à la nouvelle demande. Des projets intéressants naissent aux Etats-Unis par exemple :

  • La Southern New Hampshire University, avec le programme UniversityNow de Patten University : une université en ligne low cost et professionnalisante.
  • Udacity, une plateforme de cours en ligne qui a conclu des partenariats avec des entreprises, qui conçoivent elles-mêmes des cours ciblés sur des compétences dont elles ont besoin. Une solution directe pour résoudre le problème des emplois disponibles et non pourvus.

On voit également apparaître des "boots camps". Ce sont des sessions intensives organisées par des institutions spécialisées (comme General Assembly), qui permettent de se former en quelques semaines à un ou plusieurs domaines, recherchés par le marché. Programmation, bases de données, référencement sur Internet... Ces institutions sont en mesure de réagir très rapidement à la demande des employeurs.

Ces nouveaux programmes tendent à se multiplier dans les années à venir et ce partout dans le monde : une nouvelle façon d’apprendre et de se former portée par le numérique et l’adaptation au monde du travail !

Source : Michelle Weise : "À l'avenir, chaque étudiant se constituera son propre cursus"

nous contacter

Une question ? Contactez-nous !

Julia Barreau
Mélanie Voisin

06 27 82 05 58
envoyer un message

Inscrivez-vous à la newsletter !

Pour recevoir toutes les informations sur nos activités