Rencontre avec une prof pas comme les autres

Lors d'une intervention au sein d'un établissement scolaire nous avons eu le privilège de rencontrer une professeur extraordinaire. Dotée d'un grand sens de l'humain et convaincue de l'importance de la relation dans l'apprentissage des élèves, Mme Peggy Lelégard-Diallo (professeur au Lycée Maria Deraismes à Paris) met toute son énergie au service de sa classe.

Elle permet à ses élèves, des jeunes en difficultés qui pour la plupart ne parlent presque pas français, de progresser pour ensuite s'insérer dans la vie active dans les meilleures conditions. Grâce à sa bienveillance et ses convictions, elle donne à ces jeunes la possibilité de mieux se connaître et de construire un projet professionnel.

Nous avons tenu à vous faire partager cette rencontre lors d'une interview avec cette professeur passionnée par son métier.

CQJVFPT : Pouvez-vous nous parler de votre parcours ?

Mme Peggy Lelégard-Diallo :

Après plusieurs années dans l’académie de Caen dans différents établissements d’enseignement professionnel en tant que maître auxiliaire spécialisée en biotechnologies option santé et environnement, je rejoins un EREA (Etablissement Régional d’Enseignement Adapté : établissements publics locaux dont la mission est de prendre en charge des adolescents en grande difficulté scolaire et sociale, ou présentant un handicap).
Les élèves que j’y rencontre me donnent envie de rester dans l’éducation nationale ! Je me rends compte que l’aspect relationnel est essentiel dans le processus d’apprentissage des élèves.
Détentrice d’un diplôme de travailleur social (DE de conseillère en économie sociale et familiale), je réussis le concours de professeur en lycées professionnels. Un an plus tard, je suis mutée à Paris où je dispense des cours de prévention santé & environnement dans différents lycées professionnels. Pendant ces années, je mets en place des projets de solidarité internationale avec les classes dont je suis responsable.

Durant cette expérience et de par les matières que j’enseignais, de nombreux jeunes de milieux culturels différents venaient se confier à moi. Avec des collègues, je m’investis dans un dispositif « Réussir en Lycée Professionnel grâce au français » où nous accueillions, sur la base du volontariat, des élèves rencontrant des difficultés (notamment liées à la langue – beaucoup de ces élèves étant issus de classes d’accueil).

En parallèle, je prépare un DESU (Diplôme d’Études Supérieures Universitaires) sur l’approche et les techniques d’aide en situation interculturelle. Je rédige un mémoire sur la notion de réussite de l’Éducation Nationale et des primo-arrivants du continent africain, qui donne lieu à un projet éditorial. La conclusion de mes travaux : les jeunes d’origine africaine ne voient la réussite qu’aulan travers de l’école. Cela m’a encouragée à continuer à aider les jeunes qui veulent réussir grâce à l’école et qui sont venus en France pour cette raison !

Pour prétendre à un poste spécifique en 3UP (anciennement classe d’accueil….) j’ai passé la certification de Français langue seconde et j’ai intégré le lycée Maria Deraismes où j’enseigne dans la classe de 3UP depuis déjà 3 ans.

CQJVFPT : Pouvez-vous nous parler de votre métier aujourd'hui ?

Mme Peggy Lelégard-Diallo :

J’enseigne donc dans une classe 3UP. C’est un dispositif mis en place pour les élèves allophones – élèves dont la langue native n’est pas celle du pays d’accueil (anciennement appelés primo-arrivants : les élèves qui viennent d’arriver en France). Les classes 3UP accueillent au maximum 24 élèves entre 14 et 19 ans. Pendant cette année,  l’objectif est d’assimiler les bases de français, sciences et anglais pour pouvoir ensuite intégrer une classe ordinaire (CAP, bac professionnel, bac général, etc.).

C’est un métier passionnant qui présente de nombreux défis : les niveaux des élèves ainsi que leur maîtrise de la langue française sont très hétérogènes. Dans une classe, en moyenne 14 nationalités sont représentées, et cela peut aller jusqu’à 17 !

C’est un métier multi-facettes dans lequel il est essentiel de jongler entre différents aspects :
•    L’aspect pédagogique : apprentissage du français (grammaire, orthographe, expression orale et écrite), éducation civique, découverte professionnelle, histoire & géographie, prévention santé et environnement
•    L’aspect humain et la prise en compte de la diversité des situations
•    L’élaboration du projet professionnel : un travail de fond sur la connaissance de soi est nécessaire pour s’orienter au mieux et tout mettre en œuvre pour réussir dans la voie souhaitée

CQJVFPT : Qu’est-ce qui vous attire dans le travail avec des jeunes primo-arrivants ?

Mme Peggy Lelégard-Diallo :

Ce qui me plaît énormément c’est de voir l’évolution des jeunes et leur épanouissement progressif. En arrivant, ils ont souvent peur, ils sont déstabilisés par leur arrivée dans une société dont il ne connaissent rien des us et coutumes ni même de la langue.
Au fur et à mesure, ils gagnent en confiance et en assurance : c’est un vrai plaisir de les voir progressivement s’épanouir, être contents de venir à l’école, etc.

C’est aussi très agréable de les voir ensuite réussir dans la voie qu’ils ont choisie, et de rester en contact avec eux après leur départ de la classe d’accueil.

CQJVFPT : Quelle est votre façon de travailler/votre philosophie ?

Mme Peggy Lelégard-Diallo :

Dans ma façon d’enseigner je privilégie beaucoup l’aspect transversal des matières ; par exemple, j’utilise tout ce qu’on utilise en français en éducation civique (droits et devoirs, us et coutumes, ...), en histoire géo, etc.

Je tiens aussi à une progression cohérente dans le déroulement de l’année. En début d’année, ils apprennent à se présenter, à se connaître entre eux, à découvrir l’école et son règlement, l’organisation des élections des délégués… Ensuite, ils travaillent sur leur personnalité, leurs valeurs, leurs qualités et leurs défauts. À l’issue de toute cette réflexion, ils sont à même de réfléchir à une idée de métier qui leur permet de construire un projet professionnel et un parcours adapté.

CQJVFPT : Un exemple de projet qui vous a ému/une réussite ?

Mme Peggy Lelégard-Diallo :

De manière générale, beaucoup d’élèves ont obtenu satisfaction pour leurs vœux d’orientation et ce sont ces réussites qui me touchent le plus.

J’ai l’exemple d’un jeune capverdien qui me disait être passionné d’architecture. Il a réussi tous les diplômes qui lui permettaient de suivre cette voie : un diplôme de langue française  (DELF B1) puis une Certification de Formation Générale (CFG) et le diplôme national du brevet. Suite à un entretien dans un dispositif de l’éducation nationale pour décider de la motivation des candidats, il a rejoint un bac professionnel technicien du bâtiment option assistant d’architecte.

Il y a aussi une jeune roumaine qui souhaitait être pharmacienne ou préparatrice : elle prépare aujourd’hui un bac professionnel bio industries de transformation où elle travaille sur la fabrication de cosmétiques, médicaments, produits alimentaires ; elle pourra ensuite préparer le diplôme de préparatrice en pharmacie…

CQJVFPT : Une difficulté que vous avez rencontrée et votre solution pour y faire face ?

Mme Peggy Lelégard-Diallo :

Il y a deux ans lors d’un travail de groupe il y a eu une mauvaise interprétation de regards qui a mené à un conflit assez virulent entre des élèves ; j’ai finalement dû les séparer. Suite à cet incident, j’ai organisé une médiation qui a permis à chacun de comprendre que la situation était née d’un simple malentendu. Il n’y a plus eu de problème dans la classe ensuite.

De manière générale, il y a beaucoup d’incompréhensions et de malentendus, surtout au début de l’année : ce n’est pas évident pour chacun de se comprendre et de mêler des cultures très différentes. Mais par la suite, les conflits s’apaisent : les élèves comprennent qu’ils sont tous là pour les mêmes raisons et ils apprennent à mieux se comprendre.
D’autre part et au-delà des sanctions, je travaille beaucoup sur les droits et les devoirs, sur le racisme, sur les notions de compréhension et de tolérance.
Ce qui fonctionne, c’est l’ensemble de tous ces éléments accompagné d’une attention constante au quotidien.

CQJVFPT : Quel est votre meilleur espoir pour ces jeunes

Mme Peggy Lelégard-Diallo :

Mon meilleur espoir pour tous ces élèves, c’est la réussite : telle qu’ils la conçoivent et en accord avec leurs valeurs !

Pour en savoir plus sur la classe des 3UP2A du Lycée Professionnel Maria Deraismes, consultez leur blog.

nous contacter

Une question ? Contactez-nous !

Julia Barreau
Mélanie Voisin

06 27 82 05 58
envoyer un message

Inscrivez-vous à la newsletter !

Pour recevoir toutes les informations sur nos activités