Les devoirs à la maison, indispensables ?

Quand on pense à l’école, on pense professeurs, leçons, et aussi … devoirs. Mais le travail à la maison est-il un bon moyen d’apprendre pour tous les élèves ? Les devoirs, simple tradition ou véritable aide à l’apprentissage ?

Les chiffres sont inquiétants : sur les 3,3 millions de collégiens français, près d’un million (27%) assimilent le moment des devoirs à une source de stress, de dispute, voire même d’angoisse. 35% des parents partagent cet avis.
Pourtant, 70 % des parents d’élèves et 56 % des jeunes se disent favorables à un temps scolaire dédié aux devoirs.

Revenons à l’objectif de départ, pourquoi faire les devoirs à la maison ? Pour responsabiliser les jeunes ? Pour impliquer les familles ? Pour avancer plus rapidement sur le programme ? OUI ! Et pourtant, 200 000 collégiens déclarent ne jamais être aidés pour leurs devoirs. Et pour 61% d’entre eux, la raison est que leurs parents seraient en incapacité de les soutenir dans toutes les matières. De quoi être découragé lorsque l’on a des difficultés, n'est ce pas ?

« T’as fait tes devoirs ? »

Cette fameuse question « anodine » entendue par de nombreux élèves chaque soir pourrait en réalité « avoir de lourdes conséquences sur l’atmosphère familiale et même aller, dans certains cas, jusqu’à ouvrir les portes du décrochage scolaire », explique François Adid Benthanane, fondateur de l’association ZupdeCO qui vise à supprimer les devoirs à la maison.

Le contexte social actuel (chômage, crise financière) impose une pression autour de la réussite scolaire et les parents sont plus que jamais soucieux de l’avenir de leurs enfants.

Un levier pour combattre les inégalités.

Les devoirs sont également une source d’inégalités, si les parents de certains sont en incapacité d’aider, d’autre y sont totalement dévoués, créant des chances différentes. Retirer les devoirs à la maison permettrait de déculpabiliser les familles et de faire baisser la pression pour les jeunes, plus particulièrement ceux en difficultés afin de prévenir le décrochage scolaire. Rappelons-le, cela concerne encore près de 140 000 jeunes chaque année en France. 

Source : Digischool

nous contacter

Une question ? Contactez-nous !

Julia Barreau
Mélanie Voisin

06 27 82 05 58
envoyer un message

Inscrivez-vous à la newsletter !

Pour recevoir toutes les informations sur nos activités