Et si on dédramatisait la (ré)orientation ?

Nombreux sont les jeunes qui, après le bac et même après avoir commencé à travailler, se posent encore la très fameuse question « Qu’est-ce que je vais faire plus tard ? ». Tout va bien ! L’orientation, qu’elle soit scolaire ou professionnelle, se prépare à tout âge. Voici quelques conseils qui peuvent vous aider à vous orienter sans pression et surtout vers la voie qui vous convient le mieux.

1- De la fin des études vers la vie active ?

« Mais oui mais oui, l’école est finie » chantait Sheila. Pour certains, la fin de la scolarité peut pourtant apporter stress et interrogation quant à l’entrée dans la vie active. Et si la voie que j’avais choisie ne me convenait pas ? Et si je me rends compte que je vais aller au travail en trainant des pieds ? Les parents peuvent eux aussi parfois ajouter leur grain de sel : “passe ton diplôme et après tu feras ce que tu veux”.

Ce n’est pas trop tard ! Les doutes sont permis, surtout dans cette période charnière qu’est la « quarterlife crisis » (crise des 25 ans). Une grande partie des étudiants s’oriente avec des non-choix (ex : “va en S, ça ouvre toutes les portes”) explique Alexandra Petitsigne, consultante mobilité professionnelle à l’APEC (Association pour l’Emploi des Cadres).
Aujourd’hui, les jeunes veulent trouver un sens à leur vie avec un travail qui leur plait et 81% des 18-35 ans estiment que la réussite professionnelle est un objectif essentiel dans leur vie.

2- Pour quel métier suis-je fais ?


La société actuelle valorise la vocation unique plutôt que les multiples centres d’intérêt. Et pourtant, Léonard de Vinci, par exemple, a été inventeur, peintre, botaniste, architecte, écrivain, etc. Avoir une vocation, c’est super et avoir plusieurs centres d’intérêt est tout aussi génial : il est possible de couper et recouper vos talents ! Vous pouvez devenir un « Slasher ».  Les slashers sont les personnes exerçant plus d’une activité professionnelle (en rapport avec les barres obliques qui séparent plusieurs intitulés de jobs sur les cartes de visite). 21% des jeunes actifs de moins de 30 ans font ce choix aujourd’hui.


Les objectifs de carrière des jeunes
3- Quelles sont les bonnes questions à se poser ?


Le blogueur Mark Manson propose une liste des questions qui permettent de faire le point sur vos envies et donc commencer à dessiner les points importants dans votre recherche d’emploi.

> Quelles contraintes es-tu prêt à accepter ?

> Qu’est-ce qui est vrai à propos de toi aujourd’hui qui ferait pleurer l’enfant de 8 ans que tu étais ?

> Qu’est-ce qui te fait oublier de manger ?

> Si on te forçait chaque jour à quitter ton canap pour aller dans le vaste monde, où irais-tu ? Que ferais-tu ?

> Si tu mourais dans un an, que ferais-tu et comment voudrais-tu que l’on se souvienne de toi ?

4- Et les passions dans tout ça ?


Chez CeQueJeVeuxFairePlusTard, on le demande aux participants à chaque séjour : qu’est-ce qui vous anime dans la vie ? Et pourquoi ?  « Lire un bon livre car je suis au calme et que j’aime m’évader », « Sauter en parachute car j’adore l’adrénaline ». Ces centres d’intérêt varient pour chacun d’entre nous. Il est pourtant important de mettre le doigt dessus pour réaliser ce qui est important au quotidien.

La chercheuse américaine Angela Duckworth explique « Allez vers ce qui vous intéresse. Ne paniquez pas si vous n’arrivez pas à trouver LA carrière idéale pour vous. On ne découvre pas subitement ses centres d’intérêt, on les développe. ».

5- Etendre ses contacts ?


Oui ! Aujourd’hui, les plateformes professionnelles sont de plus en plus présentes (LinkedIn), les forums d’entraide également. Les anciens camarades de classe peuvent être d’une grande aide lors de la recherche d’un emploi. N’oublions pas qu’énormément de métiers seront créés dans les dix prochaines années. Ouvrez l’œil sur nos voisins, amis, anciens collègues chez qui vous pouvez trouver une inspiration certaine.

6- Je me reconvertis ?


On dit que les jeunes de la génération Z (nés entre 1995 et 2010) auront entre 15 et 30 métiers au cours de leur vie. Déjà aujourd’hui, plus d’un jeune diplômé sur dix se reconvertit en reprenant les études ou non. Les « erreurs » de parcours sont une chance, elles vous permettent de voir dans quelle situation vous n'êtes pas à l’aise.

Source : Dossier « Help ! Je ne sais pas quoi faire de ma vie », Les Echos

 

 



nous contacter

Une question ? Contactez-nous !

Julia Barreau
Mélanie Voisin

06 27 82 05 58
envoyer un message

Inscrivez-vous à la newsletter !

Pour recevoir toutes les informations sur nos activités