Décrochage scolaire : pourquoi ils quittent l'école sans diplôme ?

Près de 150.000 jeunes quittent l'école sans diplôme tous les ans. Les raisons sont multiples : mauvaises notes à répétition, ennui en classe, sentiment d'incompréhension, d'isolement, et même d'humiliation…

Lors de la cinquième édition de la Journée du refus de l’échec scolaire, l’Afev a réalisé une étude pour de mieux comprendre les facteurs du décrochage scolaire.

A quel moment les jeunes décrochent-ils ?

Le décrochage s’opère majoritairement lors de l’année de seconde (pour 32% des décrocheurs interrogés) et dans une moindre mesure au cours de l'année de troisième (17% des cas). C’est une période charnière qui correspond à la fin de la scolarité obligatoire (16 ans), au début des choix d'orientation et à la rentrée au lycée. C’est une étape qui peut s’avérer délicate compte tenu des nombreux changements qu’elle implique : rythme de travail plus soutenu, investissement personnel plus intense, changement d’établissement, de niveau scolaire et d’amis.

Un chiffre alarmant : 41 %  de ces élèves décrocheurs disent n’avoir été soutenus par personne lorsqu’ils ont commencé à décrocher. Parmi ceux qui ont bénéficié d'un soutien, seuls 10% affirments avoir été aidé par l'institution scolaire. Pour la majorité, ce soutien vient de leur famille (49 %) et de leurs amis (31 %).

Quelles en sont les causes ?

Trois causes principales sont mises en exergue pour expliquer les raisons du décrochage :

-          Le manque de motivation

-          De mauvais résultats scolaires

-          Le manque d’estime de soi

En effet pas moins de 92 % des élèves interrogés estiment avoir manqué de motivation et d’intérêt pour l’école.

Interrogés par ailleurs sur ce qui leur a manqué lorsqu’ils étaient à l’école, ils répondent à 51% qu’ils auraient souhaité “quelqu’un qui les motive et leur donne confiance”. 37% d’entre eux auraient voulu bénéficier d’un “suivi personnalisé pour leurs difficultés”. La plupart d'entre eux aurait également souhaité pouvoir “découvrir plusieurs métiers”.

Enfin, 71 % des jeunes interrogés ont le sentiment d’avoir été mal conseillés au moment où ils ont fait leur choix d’orientation en troisième.

(Source : L’Etudiant Mardi 18 septembre 2012)

crédit photo: éducation.gouv

nous contacter

Une question ? Contactez-nous !

Julia Barreau
Mélanie Voisin

06 27 82 05 58
envoyer un message

Inscrivez-vous à la newsletter !

Pour recevoir toutes les informations sur nos activités